Comme toutes les activités qui génèrent de la joie, de la montée d’adrénaline, de l’excitation et de manière plus générale sont source de plaisir, la pratique abusive des jeux d’argent comme par exemple les machines à sous comporte des risques et notamment une dépendance. Afin de bien vous mettre en garde contre ces dangers, nous vous les présentons ici et vous donnons tout de suite un conseil qui vaut son pesant d’or : ne perdez jamais le contrôle de vous-même, conservez votre self-control dans toutes les situations ! Ce conseil peut bien évidemment être appliqué dans la vie quotidienne…

Le jeu pathologique ?

Ce terme employé dans le domaine médical tout comme l’expression « jeu excessif » ou encore « ludomanie » définissent une réelle maladie dont la dépendance est comparée à celle de l’alcool ou la consommation de drogue tant elle est dévastatrice. Il s’agit donc de ne pas prendre cette réalité à la légère car elle génère de grandes difficultés pour le joueur en question et son entourage : elle met en péril l’équilibre familial, social, financier et professionnel. Et loin d’être un cas isolé, une étude réalisée par l’OFDT (Observatoire Français des Drogue et Toxicomanie) a démontré en 2010, qu’au moins 600 000 français souffriraient directement de problèmes avec le jeu dont 200 000 seraient considérés comme joueurs excessifs, ce qui a de quoi inquiéter… Précisons qu’au niveau de la maladie, il n’y a pas de discrimination et que toutes les catégories socio-professionnelles sont touchées.
Sachez encore que les machines à sous sont justement les jeux qui génèrent la plus grande addiction et certaines études ont même démontré que de telles machines seraient créées de manière à générer très vite une dépendance (taux de retour élevé mais taux d’encaissement relativement bas : vous avez l’impression de gagner souvent mais l’encaissement réel est très faible…ce qui vous donne de l’espoir et vous incite à jouer d’autant plus), c’est encore la simulation d’un système mécanique qui induit le joueur en erreur : il a l’impression que le jeu répond à des lois physiques et de hasard mais en réalité tout est programmé à l’avance. Et d’autres exemples peuvent encore être cités : bouton d’arrêt, manche, images d’un « presque gagnant », absence de repères temporels ou de l’argent dépensé…

Les risques !

Comme vous l’avez lu, le risque principal (mais qui en génère bien d’autres) est de devenir dépendant au jeu. Le joueur qui souffre de cette dépendance doit alors faire face à tous les symptômes et difficultés relatifs à cette addiction et par conséquence directe, à une situation de manque : mal être, irritabilité, mensonge sur la durée de jeu ou sur les moyens de se procurer l’argent pour miser, dépression, agressivité, énergie mentale dirigée vers le jeu (quand, comment, où vais-je jouer…), fuite des responsabilités, etc… Si vous avez des doutes par rapport à votre état personnel ou celui d’un proche, vous devez commencer par vous poser ces deux questions :

Est-ce que je peux m’arrêter ?

Est-ce que j’ai « dépasser les bornes » pour pouvoir jouer (mensonges, cumul de dettes etc…) ?
Si les réponses sont affirmatives, il est donc plus que temps de réagir avant que les problèmes ne s’accumulent : séparation, ruine, dettes, licenciement… Dans tous les cas, si vous constatez un problème d’addiction par rapport au jeu, ne restez pas seul : l’aide de professionnels ou de personnes ayant elles-mêmes vécues ce genre de situation (via des associations) est d’un grand secours et une thérapie est parfois à envisager. Nous vous conseillons encore la lecture du livre intitulé : « Du plaisir du jeu au jeu pathologique : 100 questions pour mieux gérer la maladie ».

N’oubliez jamais que dans « jeu d’argent », il y a jeu, et que l’objectif premier est bien de se divertir….