Meilleurs défenseurs : pourquoi les parieurs les oublient trop ?

Et si les amateurs de paris sportifs avaient plutôt intérêt à jeter un coup d’oeil aux meilleurs défenseurs du monde plutôt qu’aux meilleurs attaquants ?
On tente de vous expliquer en quelques points pourquoi les stats de ces joueurs au poste souvent ingrat valent le détour.

D’abord, autant rappeler quelques noms bien connus mais qui restent parfois dans l’ombre de leurs attaquants. Parmi les grandes écuries européennes, du Bayern de Munich au Paris Saint-Germain, les meilleurs défenseurs sont autant – voire plus – responsables du succès de leur équipe que les buteurs, pourtant toujours sous la lumière des projecteurs.
On a fouillé le top 5 des meilleurs défenseurs du monde de l’année 2020, proposé par les journalistes de RMC Sport, avec l’aide d’Opta.

Les meilleurs défenseurs du monde en 2020

En première position parmi les défenseurs les plus performants cette saison, on retrouve Virgil Van Djik, chef de la charnière centrale de Liverpool. Quand on évalue la qualité de jeu d’un défenseur, on retient comme chiffres son pourcentage de duels réussis, sa capacité à défendre sans faire de faute, son pourcentage de passes réussies et, pourquoi pas, son nombre de buts. Et le défenseur néerlandais de Liverpool regroupe un bon florilège de ces chiffres, avec 75 % de duels remportés cette saison, et le tout proprement, en ne commettant qu’une faute tous les trois matchs. En plus de ça, ses 1,93 m lui ont permis d’inscrire 4 buts cette saison, tous de la tête. Autant dire que le joueur néerlandais a bien facilité son équipe à remporter le titre de la Premier league cette saison.

En termes de passes réussies, on a par exemple Thiago Silva, défenseur du PSG et cinquième du classement, qui s’approche de la perfection avec plus de 95% de passes réussies. De quoi faire plaisir à ses milieux de terrain.

Francesco Azerbi, défenseur de la Lazio et sur la deuxième marche du podium est, en plus d’être ultra efficace, particulièrement fidèle au poste, avec 2116 minutes de jeu cette saison ! Un vrai pilier.

Comme autres statistiques moins mirobolantes que celles dont a l’habitude, il y a le nombres de passes effectuées et récupérées. David Alaba, du Bayern de Munich, est le défenseur qui en réalise le plus en Europe (environ 87 par match) et qui en intercepte le plus (moyenne de 8 par match). Pas aussi impressionnant que les 36 buts inscrits par Ciro Immobile, mais pas moins utile pour se faire une idée de la santé d’une équipe.

Les meilleurs défenseurs de tous les temps

Dans l’histoire du football, il y a des piliers de charnière centrale dont on s’est plus souvenus que d’autres. Il y en a même qui se sont payés le luxe d’obtenir deux ballons d’or : c’est le cas de Franz Beckenbauer, en 1972 et 1976. Vainqueur de la coupe du monde 1974 avec l’Allemagne de l’Ouest et légende du Bayern de Munich, celui qu’on surnomme “Der Kaiser” est une véritable légende du foot allemand et est encore considéré aujourd’hui comme le meilleur défenseur du monde de tous les temps.
Il est concurrencé de près par Paolo Maldini, qui affiche un palmarès impressionnant : ce défenseur a représenté 902 fois les couleurs de l’AC Milan, et remporté avec son équipe 5 ligues des champions et 7 championnats.

Les meilleurs défenseurs : pourquoi parier dessus

N’importe quel parieur, même débutant, se doute que sa réussite se trouve dans sa capacité à analyser à la fois la régularité d’une équipe sur toute une saison, mais aussi la santé de la formation à un instant T, en prenant en compte les matchs précédents, les blessures, la dynamique mise en place par l’entraîneur, etc… En d’autres termes, regarder de près les joueurs, mais pas seulement le trio d’attaque. Les défenseurs centraux, piliers d’une équipe, peuvent être parfois plus révélateurs de la santé d’une équipe que les buteurs.

Voici les trois principales raisons pour lesquelles les meilleurs défenseurs doivent être pris en compte par les utilisateurs de sites de paris sportifs.

Presque jamais blessés

Et oui, les défenseurs, par la nature de leurs efforts moins “hachés” que les attaquants, semblent mieux immunisés contre les blessures, véritable fléau du football. Même le rugby, bien plus violent, génère moins de bobos.

Comme bon exemple il n’y a qu’à regarder, au sein même du Paris Saint-Germain, la différence entre Neymar, attaquant phare de l’équipe, et Thiago Silva, défenseur central et capitaine. Alors que le premier, cette saison, a été mis à l’écart du terrain pendant 64 jours, le deuxième n’a eu aucune blessure significative.

Autre exemple parlant avec Mbappé cette fois, star de l’attaque parisienne : il y a trois semaines, lors de la finale de la coupe de France contre Saint-Etienne, beaucoup de parieurs y ont vu l’occasion de miser sur un nombre minimum de buts marqués par le PSG, sachant que Mbappé était de la partie.

Exemple de pari : “PSG marque au moins deux buts”, “Mbappé marque au moins un but”. Au final, le joueur français subit une entorse après 20 minutes de jeu et son équipe se retrouve en difficulté pour trouver la faille chez les stéphanois, et ne gagneront qu’aux tirs aux buts.

Difficile alors pour les parieurs de compter à l’avance sur les attaquants, chez qui la blessure ne prévient pas et peut survenir à tout moment. Dans ce cas précis, il aurait été préférable de ne pas prendre de risque et de parier simplement sur la victoire de Paris.

Un défenseur a plus de temps de jeu

Comme évoqué plus haut avec les 2116 minutes de jeu de Francesco Azerbi, le joueur italien de la Lazio Rome, on constate que les défenseurs ont un temps de jeu bien plus conséquent que les joueurs offensifs. Le trio ou quatuor d’attaque va souvent tourner entre les matchs, et même pendant. Un changement fréquent pour un entraîneur est de faire rentrer un remplaçant au cours de la deuxième mi-temps pour remplacer un ailier fatigué, et apporter de la fraîcheur dans l’attaque. Alors que les meilleurs défenseurs, même latéraux, jouent en général le match complet. Encore une fois, le défenseur est un facteur “constant” de l’équipe, alors que l’attaquant relève plus de l’aléatoire.

Les défenseurs ont une meilleure régularité dans la performance

Il n’est pas rare de voir les attaquants traverser une période à vide, où ils ne trouvent plus le chemin des filets, et de les voir d’un coup se réveiller pour marquer deux doublés d’affilé.

La capacité à marquer des buts relève d’énormément de facteurs, physiques comme psychologiques. Par exemple, le stress ressenti juste avant le geste de finition peut parfois entraîner des gros ratés devant le but, et ça arrive aux plus grands. En clair, la performance globale d’un attaquant se mesure à ses buts et passes décisives, des choses sur lesquelles il est compliqué d’être constant.

A l’inverse, on mesure la performance d’un défenseur à son nombre de passes, de duels réussis, de fautes commises, d’interceptions. Des facteurs en général plus stables sur la durée que les parieurs ont intérêt à prendre en compte dans leurs décisions.

Avoir l’angle de vue des meilleurs défenseurs du monde peut par exemple permettre aux parieurs en ligne de pencher vers un pari du type “tel équipe n’encaissera pas de but”. En vérifiant d’abord, bien sûr, que la meilleure défense de l’équipe est bien alignée ce jour-là.

De manière générale, la science du pari gagnant repose dans une bonne capacité d’analyse, qui nécessite plusieurs grilles de lecture. On vous en donne juste une de plus, à vous de jouer maintenant !